L’éthologie

Galop sur la plage en cordelette

L'éthologie

Depuis quelques années la manière de voir le travail des chevaux est en changement. Une nouvelle approche du cheval s’est répandue à travers le monde et des grands noms comme Pat Parelli aux USA ou Andy Booth au Haras de la Cense en France, ont permis au grand public de la découvrir et de s’exercer. Celle-ci permet une meilleure communication et un équilibre avec son cheval. Contrairement aux idées reçues, cela peut être bénéfique, qu’elle que soit la discipline pratiquée !

 

L’équitation éthologique

Le terme d’éthologie fait un peu polémique car peu approprié. Il s’agit de l’application de l’étude scientifique du comportement animal sur nos actions équestres. Le terme “équitation éthologique” est alors utilisé.

L’éthologie est avant tout une science qui observe les comportements. Grâce aux éthologues, les comportements des chevaux : leurs modes de communication, de compréhension et leur système social ont pu être décodés.

En comprenant le fonctionnement  des chevaux on peut plus facilement les approcher, leur faire comprendre ce que l’on attend d’eux, et surtout les motiver à le faire afin d’atteindre une véritable relation basée sur la confiance et le respect.

Travail éthologique bayeux normandie

L'utilité de l'équitation éthologique

Pour bon nombre de cavaliers, l’équitation éthologique est associée uniquement aux personnes pratiquant le spectacle équestre, le travail en liberté, l’apprentissage de tours de cirques, etc… Pourtant, celle-ci est utile pour toutes disciplines car elle permet d’éduquer le cheval d’une façon à ce qu’il puisse comprendre clairement ce qu’on attend de lui et y répondre. Cela permet alors d’effectuer des demandes  plus douces et d’obtenir la confiance du cheval pour vivre en harmonie.

Une fois le cheval bien éduqué, tout devient plus facile : les soins, le dressage puis le saut d’obstacle, les problèmes divers sont réglés : un cheval qui ne part pas en balade seul, qui ne veut pas monter dans un van, etc…

Les grands principes

Il est tout d’abord primordial d’apprendre et de comprendre le fonctionnement des chevaux pour éviter des maladresses, de gérer son corps pour donner des ordres coordonnés et d’éviter les positionnements et les codes fluctuants, les changements d’humeurs.

Dans la nature, le cheval est une proie, si vous représentez un danger pour lui, sa première réaction sera alors la fuite. Le chef du troupeau est le cheval qui rassure les autres, qui les protège, mais c’est également celui qui s’impose face au reste du groupe. Vous devez alors détenir ce rôle de dominant aux yeux de votre cheval.

Le cheval fonctionne par association, telle chose représente un danger, telle chose représente du confort. Le principe est alors de définir une zone de confort autour de chaque demande grâce au renforcement positif ou au renforcement négatif (ajout d’un confort ou soustraction d’un inconfort). Le cheval doit vous considérer comme son repère, sa zone de confort, vous devez représenter la sécurité. Il doit se préoccuper de vous plutôt que de son environnement.

Le cheval apprend alors au fur et à mesure à répondre à vos demandes de manière appropriée. En revanche, cela vous demande de faire de même.

Le cheval ne lit pas dans nos pensées, mais il lit notre corps, tout mouvement, tout changement d’attitude lui est perceptible. Il faut avoir la maîtrise de soi pour avoir la maitrise de son cheval.

Tout est également question de timing, si votre réaction est donnée plusieurs secondes après la réponse du cheval à votre demande, cela sera trop tard.

Dans les prochains articles, découvrez concrètement, grâce à différents exercices comment instaurer une relation harmonieuse avec votre cheval, basée sur la confiance et le respect.

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des nouveaux articles !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *